Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Voie d'accès

Les Pouilles 7, San Vito, l'envers du décor

11 Septembre 2019, 08:00am

Publié par Sybille de Bollardière

San Vito jour de vent
San Vito jour de ventSan Vito jour de vent
San Vito jour de vent

San Vito jour de vent

9 septembre, Conversano et San vito

Parfois ici comme ailleurs, tout est gris et celui qui le traverse aussi. Le décor se fissure et je découvre la région sous un autre angle. Il suffit d'un rien, d'une erreur de route ou tout simplement d'arriver un peu trop tard sur la plage. Septembre change la donne avec de grands bancs de nuages qui donnent à la mer des teintes de fin de saison. Oui, même ici au sud, la seule saison du bleu c'est celle du soleil. Ainsi San Vito, situé près de la belle Polignano a Mare, si lumineux et festif hier, n'est plus qu'un banal village de pêcheurs plutôt caillouteux et pour couronner le tout, une méduse s'est installée sur le rivage. Pour peu qu'elle soit en famille, je préfère renoncer au bain.

A la recherche d'une hypothétique plage accueillante à défaut d'un bar avec vue, nous roulons vers Mola de Bari tout en cherchant la route du retour vers Conversano et soudain, tout devient obscur comme éclairé par un soleil noir. L'Italie a un talent particulier pour la laideur, parfois comme à la grande époque de son cinéma, elle la magnifie mais ce n'est pas le cas ici. Ruelles sales et taggées, immeubles gris et décrépis plus proches de l'architecture des banlieues roumaines que du décor de la « dolce vita ». Nous découvrons qu'en dehors des centres historiques particulièrement choyés et entretenus, que ce soit à Mola di Bari, Conversano, Monopoli ou même Polignano, les constructions modernes sont affligeantes. Balcons énormes, fils électriques pendant devant le décor, exiguité des rues et pas un arbre, pas une place ni un banc. Des rues à angles droits au maillage serré, des carrefours, des sens uniques et une armée de pancartes pour remettre le conducteur dans le droit chemin. Une fois traversé la superstrada qui borde la côte, la situation n'est pas plus brillante. Une campagne laborieuse efficace et domestiquée s'étale sur des kilomètres. Un paysage de vignes bâchées à perte de vue. L'Italie a choisi l'industrialisation d'une culture millénaire pour garder la tête hors de l'eau et protéger ses vignes des intempéries... On ne peut l'en blâmer, mes regrets aussi sont d'un autre temps et demain, San Vito sera aussi beau qu'il l'était hier.

Journal d'Italie
Les Pouilles 2019
San Vito sous le soleil
San Vito sous le soleil
San Vito sous le soleil
San Vito sous le soleil
San Vito sous le soleil

San Vito sous le soleil