Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Voie d'accès

le naufragé d'Eris

27 Janvier 2021, 11:49am

Publié par Sybille de Bollardière

Jonas naufragé d'Eris par SdeB

Jonas naufragé d'Eris par SdeB

Précédent épisode : Avant la neige Le soir, après quelques rares flocons, une pluie verglacée s’est abattue sur le paysage, martelant le toit de la caravane au rythme des bourrasques de vent.

- Jonas, s’il te plait arrête de me lire ton texte… Je n’entends rien et tu sais que je préfère nettement le découvrir moi-même…

- Bon… mais il faudrait que je t’explique certains détails sinon tu ne vas rien comprendre…

- Ce n’est pas grave !

Devant le poêle, face à la nuit tombante, j’entre dans le récit, je m’enfonce dans sa vie en imaginant la lueur rousse de Kepler dans la nuit d’Albaminor où Jonas vient d’arriver… Sa mission est simple, contrôler et maîtriser les robots dissidents qui ont partiellement détruit plusieurs galeries des mines de thorium. 

« Il se passait des choses curieuses sur la base où nous devions commencer les forages. Plusieurs robots présentaient des dysfonctionnements importants et contaminaient les autres… Boris avait été responsable de leur mise au point à Svobodny, (Cf le Chat de Sakhaline) après sa désintégration, c’est tout naturellement moi son équipier, que l’on chargea de récupérer les dégâts. Une fois arrivé sur place, face à l’étendue du problème j’ai dû renoncer. La plupart des robots étaient irrécupérables, plusieurs gisaient au fond de la mine avec l’ensemble de leurs circuits endommagés, d’autres continuaient le travail à leur propre rythme sans que l’on puisse rentrer en communication avec eux. En accord avec Emily responsable du bureau d’études de l’OKBS[1], je pris la décision de rentrer la base de Svobodny avec nos pilotes androïdes et quelques robots qui me paraissait intacts. Mais Je n’avais pas suffisamment pris en compte la gravité de la situation. Dès notre décollage j’ai commencé à déceler sur plusieurs robots une attitude inappropriée. Après les avoir maîtrisés et isolés, je me suis rendu compte que l’un des pilotes avait également été contaminé. A la demande d’Emily, nous devions faire une escale sur Eris, la planète satellite d’Albaminor, afin d’y déposer du matériel. Notre base sur place était provisoirement inhabitée en attente d’équipements, les forages y avaient été stoppés. Après avoir visité les lieux et rangé la marchandise dans les entrepôts, je me dirigeai vers la navette quand je la vis décoller.

Je me retrouvai isolé sur Eris. Seul sur une planète hostile et compte tenu de la situation, pour longtemps… Après avoir tenté de remettre en état le satellite de communication détruit par le dernier ouragan de poussière, j’ai entrepris une exploration des lieux. La base était située sur un vaste plateau délimité par des tumulus de pierres grises. Aucune trace de vie ni d’une présence ancienne en dehors des restes de la précédente expédition. Et pourtant c’est là, sous ce ciel noir, sur ce plateau désolé que j’ai commencé à écrire. C’est aussi dans ces lieux que j’ai pris conscience de n’être pas un robot comme les autres… J’étais prisonnier de la nuit permanente d’Eris mais j’avais si peu à voir avec les bagnards des mines de Thorium d’Albaminor ou même les super robots androïdes des ateliers de Svobodny… J’étais Jonas, un naufragé de l’espace dont la mémoire sélective avait gommé tous les repères… »

Le lendemain en lui rendant son texte je n’ai pu m’empêcher de lui dire :

- Il y a quelque chose que je ne comprends pas Jonas… A quelle époque se déroule ce récit ?

- Ah oui, le temps… C’est quelque chose d’important pour toi… Nous en reparlerons…Tu sais, j’ai encore beaucoup de choses à écrire sur Eris, c’est là où j’ai fait de très belles rencontres…

- Je croyais que tu étais seul ?

- Justement, c’est peut-être pour ça que j’ai pu faire ces rencontres… C’est en rapport avec la rémanence de champs magnétiques que j’ai découvert sur Eris… Je voulais t’expliquer mais finalement tu as raison, je préfère écrire…

A suivre... Les visiteurs

 

[1] OKBS (russe : Опытное Конструкторское Бюро спутник; translittération: Opytnoïllé konstrouktorskoïllé biouro; littéralement « Bureau d’études expérimental sputnik ou satellite »