Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Voie d'accès

Articles avec #yoshka

commentaires

Richard Lichtenberg

12 Décembre 2016, 09:46am

Publié par Sybille de Bollardière

Richard Lichtenberg - 10 mai 1952 - 7 Décembre 2016

Richard Lichtenberg - 10 mai 1952 - 7 Décembre 2016

Il s’appelait Richard Lichtenberg mais pour moi il était Yoshka et c’était mon ami. Il est parti mercredi soir et je l’imagine dans l’autre monde en pantalon noir et chemise blanche comme un de ces héros dans lequel il aimait se glisser. Richard aux vies multiples sur le grand échiquier du net ne répond plus. Erudit, passionné, généreux, attentif, fidèle et sensible, hypocondriaque, nostalgique et facétieux, il était tout cela et je n’en finis pas d’explorer tout ce que je dois à cette amitié particulière qui se jouait de nos différences et de la réalité. Aujourd’hui, j’écris ces quelques lignes entre la peine et la gratitude. Il faut parfois perdre un ami pour réaliser ce que nous lui devons. Pendant les premières années de mon blog, c’est lui qui relisait mes textes avant que je ne les poste, il corrigeait, commentait, fustigeant ma propension au romanesque. Il aimait Borges, René Girard, Maurice Leblanc, Alexandre Dumas et ses dialogues avec Marco. Marco l’ami dont il parlait souvent et qui reste lui aussi, incrédule face au silence. La vie de Richard c’était Périgueux qu’il ne quittait pour ainsi dire jamais, et tous ses autres lieux de fiction, de Belle-Ile aux Galapagos. Il faisait le tour du monde sur un navire sans équipage.

Nous avions eu le projet d’écrire ensemble mais l’entreprise avortée déboucha sur un roman en ligne : « L’amour en Zone inondable » et une lutte épique entre quatre personnages dans une mise en abîme dont il avait le secret. Richard avait une famille, une amie, des collègues, une vie dans cette ville de Périgueux où il était bien connu. Aujourd’hui je pense à Anna sa fille, et à tous ses proches à qui il va manquer. Il avait des projets de livre. Son livre. J’ai le sentiment que chacun de ceux qu’il aimait en possède un inestimable fragment. 

Voir les commentaires