Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Voie d'accès

"Les gens de la côte" de Monzer Masri

22 Février 2013, 16:40pm

Publié par Sybille de Bollardiere

 

 

Au café le matin, au café le soir

 

Le matin

entre dix et une heure

tu seras,

pour qui veut te voir,

à ta place habituelle

au café du trottoir est

suivant du regard

les morts

qui passent

Et le soir

entre cinq et neuf heures

tu seras,

pour qui veut te voir,

air détaché,

écrasé

à ta place habituelle

au café du trottoir ouest

mire du regard

des vivants

qui passent.

 

 

Navire égaré, rivage abandonné

 

Étais-tu navire égaré

et moi rivage abandonné?

Étais-je navire égaré

et toi rivage abandonné?

Ou étions-nous tous deux

navires égarés

qui se croisèrent au large

d’une mer sans rivage?

Aujourd’hui,

vagues giflant mon visage

et le giflant encore,

jamais plus

– je le sais –

rencontre n’adviendra

car nous sommes seulement

nous sommes depuis toujours

deux rivages

abandonnés.

 

Monzer Masri

poète et peintre syrien né en 1949 à Lattaquié

 Poèmes Traduits de l’arabe par Claude Krul, extraits du numéro de février 2013 de L'Orient littéraire

 « Les gens de la côte » est  paru en français aux éditions Alidadès en 2005.