Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Voie d'accès

L'écrivain

26 Décembre 2012, 17:12pm

Publié par Sybille de Bollardiere

magritte-02.jpg

Magritte

 

La Cérémonie


C’est l’heure des adieux et des éloges

Et dans l’arène désertée

Où les voix amies se sont tues

On écarte l’auteur pour dresser sa statue

 

Je sais que je t’aurais aimé, admiré aussi,

Autant qu’on peut l’être

Même si, et je ne peux l’ignorer

Tu aurais probablement été indifférent

Dur, sarcastique et cruel comme ce regard obscur

Qu’éclaire le duel apaisé de tes mains nouées

 

Toi que je devine,

Assis ou dressé dans la lumière d’une gloire encombrante

Toi que j’aurais aimé

A n’en pas douter, plus que de raison

Et cela, sans craindre l’âge

L’ultime commémoration des corps

Et cette pause arbitraire que les héros

Se donnent pour image à la veille d’en finir.

Toi qui me cherches encore 

Sans pouvoir me nommer

Je t’aurais aimé sans mesure

Comme cet espace où tu t’es réfugié

Au delà de tout

Pour être au cœur des mots

Et d’un essentiel qui n’appartient qu’à toi.

 

Poème, extrait de "Territoires" 2012