Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Voie d'accès

Genèse d'un roman

12 Novembre 2012, 15:55pm

Publié par Sybille de Bollardiere

L'alphabet de l'amour 1780

Document manuscrit 1750

"L’amour est une scène de crime comme une autre, il ne faut négliger aucune pièce, relever tous les indices et le moindre détail de la chambre au jardin, passer au peigne fin le salon, la voiture, la cuisine et cette table desservie où tout a réellement commencé. Parfois il faudrait remonter plus loin encore, dans les mois ou l’année qui précèdent et jusqu’à l’enfance où l’on apprend à aimer comme à souffrir en contemplant les yeux hagards, la figure nue du désir et de l’interdit"...

 Toutes nos actions pèsent sur nos épaules, nos mots, nos regards et ce que nous écrivons. Ecrire, c’est vivre en plus grave, en plus sérieux et j’aimerais remédier à ça. Donner du bonheur et de la légèreté à l’écriture, de la folie aussi, du désastre, de la couleur, de la distance, en un mot voyager, se déporter hors de soi.  Auparavant, il faut se défaire du JE, « passer la plume » parce que de toute façon, si écrire c’est revivre sa vie, c’est la revivre différemment. Quand ce que l’on voulait oublier revient, c’est à la fois salvateur et violent, tout comme l’envers du décor que l’on n’a pas vu et, ce qui s’est déroulé à notre insu. Ce mensonge par omission qui participe à notre histoire on finit un jour par l'offrir sur un plateau à un narrateur ou une narratrice pour qu’il explore et dissèque jusqu’à l’os cette momie du temps écoulé et transforme le récit en roman.

JE est ailleurs et ma narratrice s'appellera Irène...