Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Sybille de Bollardière

poesie

commentaires

Le sable des passions

24 Novembre 2012, 11:49am

Publié par Sybille de Bollardiere

7035135263_592b5e7d81_z.jpg

Photo Web DR


La nuit est tombée et encore une fois je ne m’en lasse pas

J’aime ses silences et sa lenteur profonde,

Longue nuit de novembre qui ne pâlit jamais

Ou si tard, juste dans le halo des lampes

Dans ce creux de mémoire où se dessine le profil des absents


J’écris contre le temps noir qui cogne à la fenêtre

La crainte et l’espoir et tous ces intervalles

Qui prolongent l’attente

J’écris pour que reviennent

Des soirs d’été, les pages lues sous les étoiles

La fraicheur du vin, la sueur sur les visages

Et nos mains tamisant le sable des passions

 

Pour lier chaque jour à son nom, ne rien perdre des nuits

J’allume un feu et tisonne braises et avenir


Voir les commentaires

commentaires

Rails

12 Septembre 2012, 11:33am

Publié par Sybille de Bollardiere

11092012535.jpg

Quand la nuit des banlieues s’installait sur les lisières anonymes,

J’ai voyagé.

J’ai vu le monde noir, nu et affamé en travelling sur les rails de mars

J’ai senti son âme expirer d’un soupir dans les cendres des polymères

Un monde de peu de mots, de pas grand-chose au fond quand on ne fait que passer,

Qu’aimer d’un revers de page ce qu’on aurait pu vivre une vie entière.

Et pourtant, la peau de chagrin des voyages est une chance mesurable

Ici ou là, sans rien en vouloir, je me défais de moi et me remplis de tout

La solitude tisse une toile, la seule qui vaille, où se reflète le monde

 

Alors seulement,

J’ai pu sentir sur ma peau la vague noire des buffles dans la ville blanche

Le souffle des nuits quand la mer draine la terre endormie

Les combats de l’aube dans l’acre fumée des feux

Quand le jour distrait s’offre au cri des corbeaux

Parler ou tenter de le faire de l’objet du poème, d’amour, de haine

Ou des méandres de la fiction vous tombe des mains

Sans artifice, la langue des corps efface

L’homme, l’enfant, le souvenir pour le « bel aujourd’hui »

 

J’ai fait vœu d’ignorance et d’animalité

Et j’aime ce peu qui me reste d’humain et me permet d’écrire

Ce que je deviens et où je m’en retourne

Poète, nu, soufflant comme un buffle dans la nuit

Si j’ai chevauché l’absence et les désillusions, j’ai semé aussi

Parfois sans le savoir, un peu de ciel entre mes pas.

2012

 

 

Le temps d’un éclair

D’un de ces éclairs bleus qui lèchent les rails

Le temps d’une gare

Au hasard de cette vie étrange

Et je repartirai

Dans l’humide brume d’un soir de décembre

Les yeux pleins de nuit

Dans ces forêts étranglées de barbelés

Où les fées ne viennent plus jamais

Le temps de l’amour

Le temps de l’oubli

Et je repartirai.

1970


 

images couv territoires 22009 

Territoires

Sybille de Bollardière

Poèmes 1970 -2012

Dont Alizarine, Le Pont de l’Epée  (épuisé)

Les poèmes du Djoué

232 pages

18 €

 

Acheter le livre sur TheBookEdition (Paypal, CB, expédition)

 


Voir les commentaires

commentaires

Canicule et poésie...

19 Août 2012, 15:32pm

Publié par Sybille de Bollardiere

Eté 2012

Poèmes lus dans le cadre d'une soirée musique et poésie au Château de Blavou, Orne le 18 aout 2012

 

Tout est lavable dans ma mémoire

Et s’étale au fil des lundis

Du temps et des voyages

Draps, chemises et nappes de fête

L’étoffe d’un désir

Dure plus qu’un visage

Amoureux sous la lampe des nuits

Ou triste comme un pagne les jours de pluie

Les vêtements d’usage sont à l’enseigne du ciel.

 

Et dans la rigole du jardin

Le jus d’une lessiveuse

Emporte la couleur, nos amours et nos peurs

Et toutes les sueurs de la vie

Sur l’étoffe des jours.

  

Manhattan 85

 Revoir "New York"

Et la femme bleue de Madison

Un soir de "Thanks Giving"

Harlem grelottante

Vue rose au matin du "Pierre"

Paraissait comme Angkor

Ouverte

Il y a du jeu de société

Dans cette ville empilée

L'extrême civilité du quadrillage

Et le dérisoire de l'Europe

Echouée là par hasard

Manhattan

Ou la saveur métallique du monde

Vu à travers la fenêtre

Et cette rugosité du marbre

Dont on ne touche que les défauts

De notre point de vue indéfendable

J'aime la vision nécrophage

 

Muse

Après la route, la pluie, les phares aveuglants

Et sur l’écran des nuits, les mots d’un inconnu

Aigus, précis, des mots en musique

Qui prolongent je ne sais quel temps

Que l'on devine commun

Le temps du héron, de l'eau et des silhouettes disparues

 

De mémoire je redessine les plaines

Leurs couronnes de vanneaux huppés

Et mes souvenirs de muse ordinaire

De celles que l’on couche en bas de page

Sans autre honneur que quelques vers

 

Dans la chambre sous les toits

Offerte aux combles des nuits

Les brouillons d’amour s’offraient des paradis bleu marine

Une page d’illusion parfois

De celles que l’on se lit glacés  au petit matin

Dans le souvenir des corps et l’envie des mots

 

Oui, tout cela avant que d’écrire un jour...

  

Transparente

J’ai volé un paysage et je m’y suis installée pour l’hiver

Transparente

Pour n’être ni l’objet ni le sujet

Et encore moins l’auteur

Mais simplement l’hôte de ce qui suivra

Quand on a si peu et trop à la fois

La somme de ses peurs, son indigence et vingt six lettres

Que dire du néant, de l’attente et de ce que l’on appelait l’amour ?

 

Posée sur l’herbe sèche, ma table d’écriture

Comme une arche d’alliance

Pour révéler que rien n’existera que le poète n’ait nommé

Que la clameur du monde est dans le trait, dans sa rupture

Le blanc immense de la page

Car c’est dans l’absence que se révèle la présence

Que se dévoile, comme sur le paysage

Cette rivière où, l’été, penchée dans son ombre

J’écrivais du temps, le visage à venir

 

 L’aveu

 Je l’aime à distance et dans le secret

Autant pour ce qu’il est

Que pour ce qu’il aurait voulu être

Aujourd’hui, plus qu’un pays

C’est une saison qui m’est devenue étrangère

Loin de lui

Je n’aime plus l’hiver


 

 

Voir les commentaires

commentaires

Gris ou bleu, ce matin

8 Juillet 2012, 09:50am

Publié par Sybille de Bollardiere

masques

Gris ou bleu, le matin efface à grands coups d’ailes les mots de la nuit, les visages aussi. Sur les murs silencieux le reflet de leurs voix, de nos rires, des titres de livres, préfaces de jours à venir.

On s’est aimé de peu, d’instants, de ces moments là que la nuit voudrait retenir et que les livres dès années après parfois, nous offrent en partage. Oui l’écho des voix sur les parois du cœur et dans la main, le battement d’un pouls, les errances du temps et peut importe ce vent innocent qui croit tout effacer, j’ai pour l’amitié la plus exigeante passion. Ça ne passera pas.


Voir les commentaires

<< < 10 11 12 13 14 15 16 17 18 > >>