Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Voie d'accès
commentaires

Le prochain roman de l'atelier d'écriture

18 Septembre 2017, 20:26pm

Publié par Sybille de Bollardière

Le dernier voyage du Lancastria 

Pourquoi l’une des plus grandes catastrophes maritimes de l’histoire est-elle restée secrète ?

Un roman à neuf voix pour faire revivre cette tragédie 

 « Le dernier Ouest-France traînait sur le comptoir... En première page en gros et en gras : « L'anniversaire : des milliers de morts dans la tragédie fantôme... Il y a 75 ans, le 17 juin 1940, le paquebot anglais Lancastria sombrait en vingt minutes, assailli par les bombes allemandes au large de Saint-Nazaire. Aujourd'hui encore, on ignore le nombre de victimes... On parle de 6 000 morts. »

  C’est la découverte de cette catastrophe méconnue à la une du quotidien Ouest-France en juin 2015 qui inspira à L’Alduna ce roman à neuf voix. Tout en respectant les faits et la réalité historique, chaque auteure s’est glissée dans la peau d’un personnage de fiction pour faire revivre le drame des naufragés du Lancastria. Dans ce récit émouvant et passionnant, on découvre les vies de réfugiés venus de toute l’Europe, pour échapper à l’invasion Allemande. Le lendemain, alors que de Gaulle lançait l’appel du 18 juin ; le lancastria lui, sur ordre de Churchill, était condamné aux ténèbres du « secret défense » et de l’oubli.

Ce livre est aussi l’aventure de « l’écrire ensemble » vécue par les auteures de l’Alduna depuis septembre 2015. Dix-huit mois d’échanges, de dialogues, d’émotions et d’écriture dans la peau de ceux que nous avons voulu faire vivre pour que l’on oublie pas les naufragés du Lancastria.

L’Alduna, collectif de l’atelier d’écriture de La Passagère, est composé de : Catherine Becquart, Olga Bunzl, Sarah Delacour, Francine Lenoury-Heude, Pascale Grilliat, Corinne Leveillé-Nizerolle, Diana Wander, Valérie Weber et Sybille de Bollardière. 

A paraître le 28 octobre 2017

La Passagère 13 €

www.lapassagere-edition.com

Voir les commentaires

commentaires

Encore quelque chose à oublier

11 Septembre 2017, 16:05pm

Publié par Sybille de Bollardière

En caravane

Un mois chaud avec des vents de terre et des voiles grand largue vers les îles. J’énumère les écueils et soudain c’est la voix des nuits de Norroy que j’entends quand enfant, et dormant dans sa chambre, elle ouvrait la fenêtre pour me faire aimer les nuits d’été. Le Haumet, Les Jardins, La Conchée… Ici, il y a toujours une saison qui m’attend jusqu’à celle, ultime, dont j’ignore le nom.

Sur la route de la Liberté, remonter le Cotentin en caravane sous le moutonnement du ciel. Suite de villages où les piétons traversent sans un regard, comme impatients de mourir dans leur bon droit.

Barfleur, vent de Surroy. La houle est lourde, épaisse quand elle se brise sur les rochers. Un temps à maquereaux ! Sur le port, les pêcheurs nettoient leurs filets dans la lumière de l’est. Certains vendent leur pêche : coquilles saint Jacques à 5 euros le kilo, aile de raie, maquereaux… Oui ils sont bien là.

Escale de granit à Vitré. Solitude intérieure face à la douceur d’une nuit à l’ombre des arbres. Insomnie sous l’opacité du ciel. Non loin, un chien veille gueule ouverte sur mes peurs et le ciel qui bleuit. Immobile, je le regarde. Cinq heures, la conscience vacille dans le froissement des draps. La voici enfin l’ataraxie du sage, Tout à l’heure est un autre jour et nous repartons plus loin.

En bateau

Dinan. L’entaille de la ville dans le vert des forêts, un matin frais et silencieux et soudain la brume et l’effacement des rives. Plus loin, ciel bleu sous un lavis de nuages, fleurs ouvrières au fil de l’eau, soulevées par la vague qui nous porte. Et enfin l’ombre noire de la rive. Sous la discrétion d’un saule, le bouillonnement d’un égout.

Manche océan. Sous la garde d’un cormoran, épave verte, les frondaisons se reflètent sur la moire des eaux. Au sud, des murets de pierres roses surmontées de grilles où la valériane épouse le lierre. Quelques pins se détachent sur le ciel, un épicéa et puis là, ce palmier qui annonce un jardin. Plus bas, maison de pierre à fenêtres étroites. Une longue haie de buis  longe le canal, croisant cette voie romaine qui se perd sous les arbres. Le bateau remonte vers le nord entre l’envasement et ma mauvaise humeur. Guettant la brise du large et la prochaine écluse, je rêve de haute mer et de silence. 

Terschelling, Waddenzee, îles de la Frise. L’immensité. Sous le ciel anthracite, la mer rugissante, invisible derrière l’écran des dunes. Sur la grève au sable incroyablement doux, des débris de tourbe et des éclats de bois fossiles des anciennes forêts. Elles sont au loin, sous la mer, bien au-delà des îles.

En train

Au Pays-Bas, entre Groningen et Zwolle, toutes fenêtres fermées, climatisation oblige. J’imagine l’odeur des champs à perte de vue : blé court, avoine, orge, pomme de terre et quelques rares pâturages. Ni oies ni cigognes comme à Zuidlaren, le chemin de fer traverse un paysage monotone partagé entre les cultures, les futaies de saules et de sureaux. Dans la fuite du paysage, je cherche un étang, un fleuve. Toujours en attente de l’eau, je ne voyage que pour l’apercevoir, m’en approcher, la toucher enfin.

Ou peut-être ai-je encore quelque chose à oublier ?

Voir les commentaires

commentaires

Rencontres et signatures

4 Septembre 2017, 09:31am

Publié par Sybille de Bollardière

Prochaines séances de dédicace :

Le 24 septembre 2017 à Verneuil sur Avre

 

Le 7 octobre à Carentan les marais

 

Le 21 octobre à Elancourt- 78

Le 28 octobre à Brétoncelles- 61

Le 19 novembre à Cheux - 50

Le 2 et 3 décembre, à Soligny la Trappe - 61

 

 

Voir les commentaires

commentaires

Delfshaven, l'autre visage de Rotterdam

6 Juillet 2017, 08:00am

Publié par Sybille de Bollardière

Delfshaven, l'autre visage de Rotterdam
Delfshaven, l'autre visage de Rotterdam Delfshaven, l'autre visage de Rotterdam
Delfshaven, l'autre visage de Rotterdam Delfshaven, l'autre visage de Rotterdam
Delfshaven, l'autre visage de Rotterdam Delfshaven, l'autre visage de Rotterdam
Delfshaven, l'autre visage de Rotterdam
Delfshaven, l'autre visage de Rotterdam Delfshaven, l'autre visage de Rotterdam
Delfshaven, l'autre visage de Rotterdam Delfshaven, l'autre visage de Rotterdam
Delfshaven, l'autre visage de Rotterdam Delfshaven, l'autre visage de Rotterdam

Delfshaven, un quartier miraculeusement préservé avec ses anciennes maisons, ses ruelles et un canal pour le reflet du pâle soleil du jour. Contrairement à l'ensemble de la ville presque entièrement détruite par les bombes allemandes durant la dernière guerre, Delfshaven a échappé à la destruction. Refuge romantique plus ou moins désert en semaine, il contraste avec la Rotterdam branchée qui se projette dans l'avenir des Pays-Bas avec une population à soixante pour cent d'origine étrangère. Turquie, Maroc, Caraïbes, Surinam, Chine, Europe de l'Est... 103 nationalités se partage les quartiers de la plus grande ville du pays.

J'aime Rotterdam sous tous ses aspects ; Delfashaven et l'inévitable nostalgie qui l'accompagne, en font partie.

Van Dongen à Delfshaven

Van Dongen à Delfshaven

Voir les commentaires

commentaires

Retour des îles

1 Juillet 2017, 20:46pm

Publié par Sybille de Bollardière

Après la pluie et les îles, le miroitement de l'eau au soleil couchant. D'autres nuages arrivent par le nord et le vent couche les roseaux qui bordent le canal. Si peu de juillet aujourd'hui... Au loin l'horizon ponctué par une haie de tilleuls et devant moi, des fleurs séchées et le paysage intérieur du maître des lieux. Lui aussi est ici sans être tout à fait là comme en témoigne le soin amoureux accordé à chaque objet et ces cartes punaisées au mur où s'affiche son ailleurs... La Baltique, les côtes norvégiennes et le semis des lacs de Finlande. Il aime au grand nord une femme aux cheveux sombres sur de larges épaules qui me regarde du haut de son portrait. 

Je repense à Terschelling, aux heures de bicyclette dans le chaos dunaire. Qu'emporterai-je avec moi de ces jours ici ? Pas les forêts silencieuses que l'on trouve sur le continent ni ces dunes fumantes sous le soleil gris non, simplement ce chemin interrompu que j'ai suivi des yeux vers l'est avant qu'il ne se perde lui aussi. J'emporterai tout ce que je n'ai pas vu, ce dont j'ai rêvé et qui reste intact, inviolé au bout de cette piste de sable qu'épuisée, j'ai renoncé à prendre.

Certes, j'ai aimé ces étendues sauvages et leurs crêtes de sable, le tapis de fleurs mauves, mais plus encore peut-être, la Terschelling dont j'avais rêvée, cette Solitude Island que pour l'avoir trop dessinée, je n'ai pas reconnue. Ce qui me manque finalement, c'est ce que je ne connais pas encore.

Retour des îles
Retour des îlesRetour des îlesRetour des îles

Voir les commentaires

commentaires

Jaune

6 Juin 2017, 18:05pm

Publié par Sybille de Bollardière

Comme un cœur dissimulé dans le silence, épicentre floral ou soleil intérieur, mon jaune est doux comme le mimosas sous le gel de février, amer comme le fiel des mots de mai perdus, oubliés, jamais dits, usés jusqu'à la corde.

Juin, déjà. C'était sa couleur... j'ai eu il y a longtemps, une mère jaune à peau brune qui jouait dans la lumière des étés renouvelés. Pour elle la couleur se faisait parure d'un temps immobile quelle que fut la saison. jaune d'hiver quand elle brodait à la lueur des lampes plus tard d'or sur ma peau, serpentant sur l'avant-bras, en chaînes, anneaux, pour ne pas oublier. Une couleur à moissonner l'été, à suivre sur les grèves dans le désert de midi et jusque dans l'iris de certains serpents. Citrine, topaze et diamant jaune comme le grand fleuve de Chine aux eaux troubles et tous les papillons dont je ne sais pas le nom. Le jaune est ma couleur, mon rire parfois comme si la teinte s’acidifiait avec le temps alors que je me souviens encore de la lumineuse douceur des fleurs de Wordsworth...

I wandere'd lonely as a cloud
That floats on high o'er vales and hills,
When all at once I saw a crowd,
A host, of golden daffodils;
 

Et maintenant demain est jaune comme un ciel d'orage, immense et inconnu telle cette route qui invite au départ...

 

 

Voir les commentaires

commentaires

Hendrik Nicolaas Werkman

11 Mai 2017, 18:06pm

Publié par Sybille de Bollardière

Hendrik Nicolaas WerkmanHendrik Nicolaas Werkman
Hendrik Nicolaas Werkman
Hendrik Nicolaas WerkmanHendrik Nicolaas Werkman

Biographie de Hendrik Nicolaas WERKMAN

1882 - 1945

Hendrik Nicolaas Werkman communément appelé HN Werkman,  est un artiste néerlandais, typographe et imprimeur Il est né à Leens, dans la province néerlandaise de Groningue.

En 1908, il crée une imprimerie et maison d'édition à Groningen qui employa jusqu'à vingt personnes. En raison d'ennuis financiers, il dut fermer et se contenter d'un petit atelier dans le grenier d'un entrepôt.

Werkman était un membre "de Ploeg". (Les artistes du groupe De ("The Plough"), pour laquelle il a imprimé des affiches, des invitations et des catalogues.)

De 1923 à 1926, il expérimente des collages avec différentes polices de caractères, des clichés et autres matériaux d'imprimerie. Il a également utilisé le pochoir et et des techniques d'emboutissage pour obtenir des effets uniques.

En mai 1940, peu après l'invasion allemande des Pays-Bas, Werkman, commence à publier une série d'histoires hassidiques de la légende de l'Baal Shem Tov grâce à leur maison d'édition clandestine De Blauwe Schuit ("Le Barge Blue "). La série invitait à la résistance spirituelle tout en commentant l'occupation nazie avec un certain humour. 

Le 13 Mars 1945, la Gestapo arrêta Werkman, et le fit exécuter par un peloton d'exécution, ainsi que neuf autres prisonniers près du village de Bakkeveen le 10 Avril, trois jours avant la libération de Groningen ...

Ses peintures et ses gravures, confisquées par la Gestapo  ont été perdus dans l'incendie qui a éclaté au cours de la bataille entre les forces allemandes et canadiennes sur la ville.

 

NB : Certaines photos représentent un magnifique et exceptionnel buffet ou lWerkman a reproduit certaines scènes de la Bible. Cette pièce rares ainsi que d'autres ont été montrées au Musée de Groningen  lors de l'exposition qui a été consacrée à Werkman en juillet 2015.

S de B.

 

Hendrik Nicolaas Werkman
Hendrik Nicolaas WerkmanHendrik Nicolaas Werkman
Hendrik Nicolaas WerkmanHendrik Nicolaas WerkmanHendrik Nicolaas Werkman
Hendrik Nicolaas Werkman
Hendrik Nicolaas WerkmanHendrik Nicolaas Werkman
Hendrik Nicolaas Werkman
Hendrik Nicolaas WerkmanHendrik Nicolaas Werkman
Hendrik Nicolaas WerkmanHendrik Nicolaas WerkmanHendrik Nicolaas Werkman

Voir les commentaires

commentaires

Jour de Pâques face à la mer ou pas...

18 Avril 2017, 14:33pm

Publié par Sybille de Bollardière

Les lumières de Barfleur
Les lumières de BarfleurLes lumières de BarfleurLes lumières de Barfleur
Les lumières de BarfleurLes lumières de Barfleur

Les lumières de Barfleur

Voici l'autre visage de Barfleur : Ils appellent ça la liberté... Ils se sont installés au seul endroit où on les accepte gratuitement... Face à la digue, véritable mur de béton pour protéger la ville des tempêtes. Venus des pays de Loire, de la Somme, souvent de Saint Lo ou de Caen... Ils sont là dans leurs camping car dernier modèle dont ils ne sortent que pour faire quelques pas... Jamais loin de leur antenne satellite.

En les regardant je pense à la cabane de Marcel à quelques kilomètres de là, seule face à la mer...

Vue de la cabane de Marcel...

Voir les commentaires

commentaires

Barfleur , la côte

18 Avril 2017, 14:29pm

Publié par Sybille de Bollardière

Barfleur , la côteBarfleur , la côte
Barfleur , la côteBarfleur , la côte
Barfleur , la côteBarfleur , la côteBarfleur , la côte
Barfleur , la côteBarfleur , la côte

Voir les commentaires

commentaires

Barfleur côté port

18 Avril 2017, 14:23pm

Publié par Sybille de Bollardière

Barfleur côté portBarfleur côté port
Barfleur côté portBarfleur côté portBarfleur côté port
Barfleur côté portBarfleur côté portBarfleur côté port
Barfleur côté portBarfleur côté port

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 > >>