Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Voie d'accès
commentaires

La Passagère

28 Mars 2017, 10:19am

Publié par Sybille de Bollardière

Voila c’est parti… Une petite pause à l’Ouest entre terre et mer mais le cœur lui est déjà sur la route.

J’en ai rêvé pendant des années et depuis si longtemps : écrire et vivre dans une roulotte, arpenter le temps avec lenteur pour en épouser toutes les courbes, en sentir le moindre relief, la moindre pierre. C’est peut-être pour cela, pour cette errance présente et à venir que j’ai décidé de faire des livres comme on fait son pain, au gré du temps, au fil des jours et des chemins.

La Passagère, c’est un atelier d'écriture, une caravane... Un rêve d’enfant qui jouait à la marchande en vendant ses poèmes dans des cahiers cousus main... Aujourd’hui ce sont quelques livres : Les mauvais sentiments, Le vase noir, et des projets : Le dernier voyage du Lancastria et d’autres à écrire, à relire, à corriger avant qu’ils ne prennent la route eux aussi.

Avec les mauvais sentiments et Le Vase noir, je serai à Oléron le 7 avril, à Barfleur le 16, à Vitré le 22 et le 23… Cet été ce seront les côtes normandes puis le Massif Central après nous verrons…

Pour nous suivre : Rencontres et signatures

La Passagère Edition et Atelier d'écriture : www.lapassagere-edition.com

Voir les commentaires

commentaires

Rencontres et signatures

7 Mars 2017, 11:29am

Publié par Sybille de Bollardière

 

Le défaut des origines, Ramsay 2004, Une femme d'argile,L'Editeur 2011, Les Mauvais Sentiments, La Passagère 2016

Sybille de Bollardière signera plusieurs ouvrages dont son dernier roman:

 

"LES MAUVAIS SENTIMENTS"

Lors des prochains salons du livre

 

Le dimanche 19 Mars 2017

Au salon du livre de la Saussaye

Eure - Normandie

 

 

Le samedi 24 mars et le dimanche 25 mars 2017

Au salon du livre féminin de la Rochelle

Charentes Maritimes

Le dimanche 2 avril 2017

Au salon du livre de Berd'huis

Perche - Orne

 

Le samedi 8 avril et le dimanche 9 avril

au salon du livre CITALIVRES  d'Oléron

Charentes Maritimes

Le dimanche 16 avril 2017

Au salon du livre de Barfleur

Manche - Normandie

 

Le samedi 22 avril et le dimanche 23 avril 2017

au Salon du livre de Vitré : Les sportiviales

Bretagne

 

Le samedi 13 mai et le dimanche 14 mai 2017

au salon du livre de Verneuil en Halatte

Oise

 

Le samedi 20 Mai et le dimanche 21 mai 2017

au salon du livre d'Alençon

Orne - Normandie

 

Du 10 au 11 juillet 2017

Au salon du livre de Cabourg : Lire à Balbec

Calvados - Normandie

 

Le vendredi 14 juillet

au salon du livre de Thiron Gardais

 Perche - Eure et Loir

 

 

Voir les commentaires

commentaires

Les mauvais sentiments version numérique

9 Février 2017, 18:15pm

Publié par Sybille de Bollardière

Voir les commentaires

commentaires

Les Mauvais sentiments, avis des lecteurs

30 Janvier 2017, 10:01am

Publié par Sybille de Bollardière

Les Mauvais sentiments, La Passagère 18 €Irène est une jeune fille perdue, paumée. Étrangère dans sa famille, différente de ses sœurs car elle n’est pas la fille de leur père, elle se réfugie en pension, « le seul lieu à la mesure de [sa] peine ». Le pensionnat est l’occasion de découvrir l’amitié, et avec elle de nouvelles façons de voir le monde. Quant aux parenthèses des vacances, elles sont des fenêtres grand ouvertes sur l’amour…

L’irruption de la mort dans sa vie délivre Irène de l’angoisse de la perte tout en laissant place à un horizon de points d’interrogation. Irène est une grande amoureuse, une passionnée, qui ne comprend pas sa mère et sa sœur, qui elles voient les hommes comme des chances à saisir.

Les années passent et Irène renonce à son talent en devenant la muse d’un peintre marié. Mais à force, n’est-ce pas à sa vie qu’elle est en train de renoncer ?

Les mauvais sentiments est un délicieux portrait de femme, dont les parcours est aussi la peinture d’une, de plusieurs époques. D’une écriture ample et empreinte de mélancolie, Sybille de Bollardière nous entraîne de France en Italie en mettant en scène la difficile construction d’une enfant dans l’ombre d’une mère perverse et bien trop présente. Le voyage est captivant… Et si détester un être nous liait plus certainement à lui encore que de l’aimer ?

Sophie Adriansen

Éditions La Passagère, novembre 2016, 336 pages, 18 euros 

A lire aussi sur Sophielit :

Voir les commentaires

commentaires

Le défaut des origines de Sybille de Bollardière, nouvelle édition

28 Janvier 2017, 13:04pm

Publié par La Passagère

Voir les commentaires

commentaires

Nuit de la lecture à Mortagne

26 Janvier 2017, 23:58pm

Publié par La Passagère

Voir les commentaires

commentaires

Premier jour de neige

13 Janvier 2017, 20:43pm

Publié par Sybille de Bollardière

Premier jour de neige
Premier jour de neigePremier jour de neige
Premier jour de neigePremier jour de neige
Premier jour de neigePremier jour de neigePremier jour de neige

Voir les commentaires

commentaires

Le bracelet masaï

8 Janvier 2017, 22:08pm

Publié par Sybille de Bollardière

Le bracelet masaï

J’ai entamé la traversée de l’hiver avec la lenteur d’une barge à contre-courant. Et maintenant Chet Baker plane sur la vallée et mes envies d’ailleurs. Alone together me brûle les veines avec ses volutes noires et blanches. Alors je regarde le bracelet masaï que l’on vient de m'offrir, mon talisman en perles de verre.

Je voudrais une saison, un pays un souvenir, un parfum, le sien, la Tanzanie aussi.

Le pays de celle qui a tenu ce bracelet aux couleurs de l’Afrique, enfilé les perles minuscules sur leur chemin de métal, le nom de celle qui a choisi ce rouge, dessiné le vert et le blanc entre les lignes noires. Je devine sous son ongle bombé, l’extrémité pulpeuse et fine de ses doigts, la rapidité de son geste. Mécanique, distrait ? A quoi pensait-elle en tressant pour moi le ciel entre deux battements de cils ?

Une femme au crane rasé vêtue d’ocre rouge, mais quel est le nom de son village ? Je l’imagine à l’est de Kilosa ou peut-être à l’ouest des savanes du Serengeti, dans les réserves Masaï.

Je porte la nuit, nos solitudes, son bracelet. Le reconnaîtra-t-elle quand je m’avancerai un jour, vêtue de blanc ?

 

Voir les commentaires

commentaires

Voeux

31 Décembre 2016, 09:56am

Publié par Sybille de Bollardière

Saint Victor de Réno, 31 janvier 2016 à 9heuresSaint Victor de Réno, 31 janvier 2016 à 9heures
Saint Victor de Réno, 31 janvier 2016 à 9heuresSaint Victor de Réno, 31 janvier 2016 à 9heuresSaint Victor de Réno, 31 janvier 2016 à 9heures
Saint Victor de Réno, 31 janvier 2016 à 9heuresSaint Victor de Réno, 31 janvier 2016 à 9heures

Saint Victor de Réno, 31 janvier 2016 à 9heures

En ce dernier jour de l'année, face au spectacle éblouissant de la nature, je vous adresse mes

Meilleurs voeux pour 2017

En vous souhaitant beaucoup de joies et de projets, beaucoup d'amour aussi et que cette belle lumière vous accompagne tout au long de vos chemins.

S. de B.

La Passagère - Atelier d'écriture - Edition

Voir les commentaires

commentaires

Richard Lichtenberg

12 Décembre 2016, 09:46am

Publié par Sybille de Bollardière

Richard Lichtenberg - 10 mai 1952 - 7 Décembre 2016

Richard Lichtenberg - 10 mai 1952 - 7 Décembre 2016

Il s’appelait Richard Lichtenberg mais pour moi il était Yoshka et c’était mon ami. Il est parti mercredi soir et je l’imagine dans l’autre monde en pantalon noir et chemise blanche comme un de ces héros dans lequel il aimait se glisser. Richard aux vies multiples sur le grand échiquier du net ne répond plus. Erudit, passionné, généreux, attentif, fidèle et sensible, hypocondriaque, nostalgique et facétieux, il était tout cela et je n’en finis pas d’explorer tout ce que je dois à cette amitié particulière qui se jouait de nos différences et de la réalité. Aujourd’hui, j’écris ces quelques lignes entre la peine et la gratitude. Il faut parfois perdre un ami pour réaliser ce que nous lui devons. Pendant les premières années de mon blog, c’est lui qui relisait mes textes avant que je ne les poste, il corrigeait, commentait, fustigeant ma propension au romanesque. Il aimait Borges, René Girard, Maurice Leblanc, Alexandre Dumas et ses dialogues avec Marco. Marco l’ami dont il parlait souvent et qui reste lui aussi, incrédule face au silence. La vie de Richard c’était Périgueux qu’il ne quittait pour ainsi dire jamais, et tous ses autres lieux de fiction, de Belle-Ile aux Galapagos. Il faisait le tour du monde sur un navire sans équipage.

Nous avions eu le projet d’écrire ensemble mais l’entreprise avortée déboucha sur un roman en ligne : « L’amour en Zone inondable » et une lutte épique entre quatre personnages dans une mise en abîme dont il avait le secret. Richard avait une famille, une amie, des collègues, une vie dans cette ville de Périgueux où il était bien connu. Aujourd’hui je pense à Anna sa fille, et à tous ses proches à qui il va manquer. Il avait des projets de livre. Son livre. J’ai le sentiment que chacun de ceux qu’il aimait en possède un inestimable fragment. 

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 > >>